top of page

Mâchouiller, c’est la vie !

Deux minutes. Trois, au mieux. C’est le temps qu’il faut à un chien pour avaler sa ration de croquettes quotidienne. « Avaler », le mot est adéquat, car le chien croque rarement ses croquettes, il les avale tout rond. Dans la nature, un canidé passe plusieurs heures par jour à chercher sa nourriture. Cela concerne aussi les chiens libres qui errent autour des villages en quête de charognes, d’os, de déchets, d’excréments divers, et j’en passe. De quoi occuper une bonne partie de la journée, contrairement à Médor qui, lui, doit passer 8h par jour à attendre le retour de ses propriétaires en s’ennuyant comme un rat mort (rat mort dont se délecterait son cousin le chien libre, soit dit en passant). S’il est chanceux, sa VRAIE journée commencera alors et il aura droit à des activités avec ses humains. S’il ne l’est pas (et j’ose espérer que ce n’est pas le cas des chiens des personnes qui suivent cette page 😉), sa seule occupation du jour sera l’engloutissement express de sa gamelle de croquettes. Croyez-moi, la vie de la plupart des chiens aujourd’hui se résume encore à ces trois mots : salon/jardin/croquettes. Pendant quinze ans de vie. Triste ? Déprimant, oui.


Je ne suis pas opposée au fait de nourrir son chien avec des croquettes. J’ai moi-même opté pour une ration mixte, et il y a des jours où mes chiens mangent uniquement des croquettes, si je n’ai pas le temps d’agrémenter leur gamelle avec un petit quelque chose en plus. En revanche, depuis un bon moment maintenant, j’ai ajouté à mon budget « croquettes » le budget « mastication ». Je donnais déjà à mes trois monstres de quoi mâchouiller assez régulièrement, mais désormais, j’essaie de leur proposer de la mastication tous les jours ou presque. Oreilles de porc ou de bœuf, sabots de veau fourrés, nerfs de boeuf, peau de chameau, fromage de yak, le choix est désormais vaste et il y en a pour tous les goûts. Ce n’est pas donné, c’est vrai. Mais, si votre chien fait partie des « mâchouilleurs convaincus », et c’est le cas de presque tous les toutous, ce n’est que du bénéfice pour lui.


En effet, tous les canidés, sans exception, ont une mâchoire et un système digestifs conçus pour mordre, arracher et dilacérer muscles et tendons, et broyer et digérer des os. Les croquettes ne permettent pas de satisfaire ce besoin de déchiqueter. Si votre chien est nourri aux croquettes, je vous invite à lui fournir, aussi régulièrement que possible, de quoi satisfaire son besoin masticatoire. Les bénéfices en sont multiples : entretenir ses dents (les croquettes n’entretiennent nullement les dents et au contraire, ont tendance à les entartrer), s’occuper, s’apaiser, entretenir les muscles de sa mâchoire, découvrir des saveurs différentes de celle de ses croquettes (imaginez-vous manger tous les jours de la purée en sachet… peut-être auriez-vous envie de découvrir d’autres goûts et d’autres textures !), et tout simplement, profiter d’un moment de plaisir. Ah, et puis aussi, embêter son humain en faisant plein de petits bruits de mastication et de déglutition -pendant qu’il regarde sa série favorite, de préférence. Sinon, ce ne serait pas pleinement satisfaisant.


D’autre part, plus on fournit à son chien de quoi satisfaire son besoin masticatoire, moins il aura tendance à s’en prendre aux pieds de la table ou au cuir du canapé. Dans le cas d’un chien qui a un besoin marqué de mâchouiller, ou dans le cas d’un chiot, vous pouvez fournir des friandises naturelles séchées mais aussi des éléments non alimentaires (si votre chien n’en ingère pas les morceaux, évidemment) : pommes de pin, morceaux de bois, cartons, lanières de tissu à déchirer, etc. Mieux vaut retrouver votre maison un peu en chantier le soir, plutôt que votre fauteuil préféré éventré sans aucune pitié. Enfin (j’en parlais encore ce matin avec une amie qui a récemment fait l’acquisition d’un bébé Labrador), le besoin de mâchouiller et de mordiller est très marqué chez le chiot durant quelques mois. Cela peut sembler infernal quand on ne peut même pas traverser le salon sans qu’une petite bête sauvage reste accrochée à nos chaussons, mais c’est une période qui a une durée limitée dans le temps. Certains chiots ne mordillent presque plus après trois ou quatre mois, d’autres le font un peu plus longtemps mais, à l’approche de l’adolescence, ce besoin s’estompe (mais une autre période bien pénible vous attend 😁 !). N’entrez pas en conflit avec votre chiot pour cette raison : s’il mordille, c’est parce que ce besoin est naturel pour lui. Même s’il vous paraît effronté et qu’il semble insensible à vos protestations, il ne cherche pas à vous défier : juste à fournir à ses petites dents pointues comme des aiguilles ce dont elles ont besoin. Préférez échanger votre chausson (ou votre morceau de corps !) contre un jouet ou une friandise à mâcher.


Si vous envisagez de partager votre vie avec un chien, pensez à inclure dans votre budget prévisionnel le coût de la mastication que vous lui fournirez. Sauf exception (il y a des chiens peu mâchouilleurs mais, très honnêtement, ils sont plutôt rares, surtout avec la diversité des friandises séchées proposées aujourd’hui), cela représente un certain coût si l’on veut donner de la mastication tous les jours à son compagnon (une trentaine d’euros par mois minimum pour un chien de taille moyenne), mais, combler ce besoin naturel chez son chien, c’est mettre des chances supplémentaires de son côté d’avoir un animal bien dans ses pattes. Farouk vous le garantit !


Elsa Weiss / Cynopolis

© Tous droits réservés - 2023



52 vues0 commentaire

Comments


bottom of page