top of page

Dix idées reçues sur le comportement canin

Tout le monde a son petit avis sur l’éducation et le comportement canins. Parfois même, les personnes n’ayant jamais partagé leur vie avec un chien. Je vous propose un petit florilège d’idées reçues qui ont la vie dure sur le comportement de nos compagnons. Vous y retrouverez des thèmes que j’ai déjà abordés plus d’une fois… mais dans certains cas, radoter peut s’avérer bénéfique !


🐕 « Rassurer un chien qui a peur renforce sa crainte » :


C’est faux. On ne peut pas renforcer une émotion. En revanche, on peut renforcer un comportement : si votre chien vient se réfugier dans vos jambes quand il a peur et que vous le cajolez à ce moment-là, cela peut l’inciter à reproduire ce comportement par la suite. Il ne faut donc pas hésiter à rassurer un chien qui a peur, sans en faire des caisses non plus. L’idéal est d’essayer de détourner l’animal sur une autre action, et de le remettre en mouvement pour qu’il cesse de se focaliser sur l’objet de sa peur.


🐕 « Un chien a besoin d’un jardin pour être heureux » :


Non, non et non. Avoir un jardin, le chien s’en soucie comme d’une guigne. Ce qui l’intéresse, c’est de vivre une vie riche, de rencontrer des congénères, de partager des moments avec son humain d’attachement, de partir explorer le quartier… et tout ça, on ne le trouve pas dans un jardin. Le jardin n’est qu’une simple pièce supplémentaire de la maison. Un chien qui vit en appartement est souvent plus épanoui qu’un chien qui vit en maison avec jardin : ses propriétaires étant « obligés » de le sortir en extérieur, il mène souvent une existence plus intéressante que les toutous qui passent la moitié de leur vie à tourner en rond dans leur jardin.


🐕 « Quand deux chiens se rencontrent, il faut les détacher et tout se passera bien » :


Il faut éviter les raccourcis hâtifs. Deux chiens en laisse peuvent tout autant se sentir à l’aise lors d’une première rencontre, à partir du moment où les laisses sont suffisamment longues, où l’on ne les entrave pas et où l’on n’intervient pas (pas de caresses ni de « Tu es gentil Ramsès hein, tu es gentil avec le chien du Monsieur », paroles à travers lesquelles votre compagnon peut ressentir votre stress éventuel. Certains chiens un peu timorés sont même plus à l’aise lors des rencontres en laisse. L’outil constitue une sorte de « cordon ombilical » qui peut avoir un effet rassurant sur les animaux les plus timides. Attention cependant à l’entortillement éventuel des laisses qui peut provoquer une bagarre.


🐕 « Il ne faut pas prendre son petit chien dans les bras » :


Oui et non. Un chien de petite taille est avant tout un chien, c’est certain, il a besoin d’autant d’aventures et de rencontres que s’il était un Berger Allemand. Mais il est aussi plus vulnérable que les races plus grandes. Autant il est inutile, et vexant, de prendre son Yorkshire dans les bras dès qu’on croise le moindre chien maîtrisé par son propriétaire, autant cela peut être prudent si l’on ne « sent » pas la rencontre qui se prépare ou qu’un gros chien en liberté arrive en courant sur Snoopy. Attention à vous cependant : de nombreux chiens ont tendance à sauter, à s’exciter voire à mordre quand ils ne peuvent pas atteindre le chien qui est porté dans les bras.


🐕 « Un chien qui a goûté au sang risque de devenir agressif » :


Euh… quand vous mangez un carpaccio de bœuf, vous avez envie de vous lancer dans l’anthropophagie, vous ? Le chien est un carnivore, ce n’est pas parce qu’il mange de la viande crue qu’il deviendra féroce. De même, ce n’est pas parce qu’un chien a mordu une fois qu’il recommencera nécessairement. Si la situation qui a provoqué la morsure ne se reproduit pas, le chien ne re-mordra généralement pas.


🐕 « Un chien n’a qu’un seul maître » :


Je risque de vous décevoir… mais non. Les chiens portent une affection certaine à leur humain d’attachement. Certains vivent très difficilement le fait d’en être séparés, même provisoirement. Mais, ayant travaillé en refuge pour animaux, je n’ai jamais connu un chien qui s’est laissé mourir de chagrin. Un abandon est une source de souffrance énorme pour la plupart des individus canins, mais le chien est aussi un animal ayant des capacités d’adaptation étonnantes. Il est capable de s’adapter à une nouvelle vie si les besoins de son espèce sont respectés. Je n’encourage aucunement l’abandon (ne me faites surtout pas dire ce que je n’ai pas dit !), mais parfois, je préfère voir certains propriétaires prendre la décision de replacer leur chien parce qu’ils n’arrivent pas à combler ses besoins, plutôt que de le garder à tout prix et de lui offrir une vie de 💩, sous prétexte que « un chien, ça s’assume et ça doit vivre toute sa vie avec son maître ». L’idéal restant bien évidemment de s’abstenir de prendre un chien si l’on n’est pas sûr de pouvoir combler ses besoins au quotidien. Rendre un chien heureux, c’est s’en occuper plusieurs heures par jour, qu’il pleuve, qu’il vente, qu’on ait des enfants, qu’on travaille beaucoup et j’en passe.


🐕 « Un chien qui a des problèmes de comportement est un chien mal éduqué » :


Rarement, en fait. Un chien qui a des problèmes de comportement, c’est dans beaucoup de cas un chien dont les besoins ne sont pas comblés. La majeure partie des soucis que rencontrent les propriétaires de chiens pourraient être réglés en s’occupant davantage de l’animal : le sortir quotidiennement pour combler ses besoins exploratoires, lui procurer de l’activité masticatoire, le laisser utiliser son odorat pour appréhender son environnement, lui offrir des activités cognitives, des « missions » auxquelles sa race le prédispose, etc. Certains problèmes ont une origine purement éducative en effet, mais ils constituent une minorité.


🐕 « Il vaut mieux prendre un chiot pour pouvoir l’éduquer comme on le souhaite » :


Un adulte, ça s’éduque tout aussi bien. Un chien de refuge n’a pas toujours eu un passé difficile : la plupart sont abandonnés parce que les propriétaires avaient minimisé le travail que représentait un chien. Un chiot ne sera pas mieux éduqué qu’un adulte, sous prétexte que vous l’avez eu petit. Les patrons-moteurs de sa race sont présents dans ses gènes et s’exprimeront un jour ou l’autre, que vous l’ayez « façonné à votre manière » ou non. Ces comportements s’expriment souvent à la puberté, et on peut alors tomber de haut. L’avantage dans l’adoption d’un chien déjà adulte, c’est qu’on connaît déjà en grande partie son caractère et ses ententes.


🐕 « Un chien doit manger tous les jours la même chose » :


Je ne sais pas qui a décrété ça. Un industriel désireux de fidéliser les acheteurs à sa marque, probablement. Pourtant, beaucoup de chiens se lassent de leurs croquettes et chipotent au moment de manger. On les pense alors capricieux. Mais si vous mangiez une omelette à chaque repas de chaque journée de votre existence, n’auriez-vous pas envie de goûter un peu à autre chose ? Si votre chien dévore ses croquettes, toujours les mêmes, avec autant de plaisir chaque jour (coucou, les Labradors !), tant mieux. Mais s’il se lasse de ses croquettes, pourquoi ne pas varier les plaisirs en offrant à votre chien d’autres croquettes de qualité équivalente ? Attention cependant aux transitions, qui doivent toujours être réalisées sur plusieurs jours. Quant à l’alimentation ménagère ou au BARF, ces deux modes d’alimentation impliquent généralement un apport de nutriments diversifié. Les chiens s’en lassent donc rarement.


🐕 « Une chienne qui a eu une portée est plus calme » :


Non. Une chienne n’a absolument pas besoin de se reproduire pour s’épanouir. Jusqu’à ce qu’elle se retrouve avec ses chiots sous son nez, elle n’est pas consciente qu’elle peut avoir des petits, le « désir d’enfant » n’existe donc pas chez elle. Avoir une portée ne la rend pas plus heureuse et ne l’apaise pas. En revanche, l’âge auquel les chiennes ont généralement leur première portée est aussi celui auquel elles entrent dans l’âge adulte. Elles deviennent donc naturellement plus posées avec l’âge, mais l’amalgame est vite fait avec le fait de donner naissance à des chiots. Laissons donc aux éleveurs le soin d’élever, et évitons les portées à visée « thérapeutique ».


Si vous aimez ce genre d’article… les idées reçues, ce n’est pas ce qui manque dans le domaine canin 😉 !


Elsa Weiss / Cynopolis

© Tous droits réservés - 2021



38 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page